édito

PRéSENCES électronique on tour !

L’association Headfun (festival Electron), en coproduction avec le Groupe de Recherches Musicales (GRM) de l’Ina (Institut national de l’audiovisuel), le Zoo, l’Association pour la Musique Electroacoustique de Genève (AMEG) et Les Arts Minis, a le plaisir de vous présenter un nouveau festival à Genève :

PRÉSENCES ÉLECTRONIQUES GENÈVE qui se déroulera les 10 et 11 décembre au Théâtre de l’Alhambra et au Zoo – Usine.

Lancé à Paris en 2005 par le directeur artistique du GRM, Christian Zanési, en collaboration avec Radio France, PRéSENCES électronique est un festival annuel qui a pour spécificités d’offrir aux artistes de la scène électroacoustique et électronique ainsi qu’au public un système unique de diffusion et d’écoute spatialisée  avec un acousmonium. Plus particulièrement, l’Acousmonium du GRM, le premier de l’histoire, créé en 1974 par le compositeur et directeur du GRM François Bayle.

 « Le festival PRÉSENCES électronique, qui se déroule chaque année à Paris depuis 2005, a été imaginé par le Groupe de Recherches Musicales de l’Ina avec deux objectifs : créer des ponts entre les différentes générations de musiciens utilisant la technologie ; offrir aux musiques dites électroniques un son d’exception grâce à l’Acousmonium. Cette proposition a été approuvée par un large public qui a compris qu’il y a une remarquable continuité entre les premières expériences d’un Pierre Schaeffer à la fin des années 40 et les pratiques musicales actuelles.

Nous sommes particulièrement heureux de venir à Genève pour prolonger cette expérience. »

Christian Zanési, Responsable de l’Ina GRM.

 

Un Festival en multidiffusion en deux volets

Présences Electroniques - Genève est donc la version suisse de l’évènement parisien. 

L’idée de transposer ce festival à Genève a été émise par Christian Zanési, lorsqu’il a été invité par Jérôme Soudan lors du festival Electron en avril 2009 pour un concert et une conférence. Ensemble, ils proposent les 10 et 11 décembre prochains une programmation pointue qui rassemble des pièces historiques de la musique électroacoustique et de plus récentes expérimentations électroniques live, toutes diffusées sur un dispositif particulier: l’Acousmonium du GRM. Celui-ci sera alors transporté depuis Paris au Théâtre de l’Alhambra.

Grâce à ce dispositif, le spectateur se retrouve immergé au cœur de l’expressivité de l’œuvre dans une dimension beaucoup plus vaste que dans des salles habituelles. Suivant son emplacement dans la salle, il percevra certaines spécificités sonores plus que d’autres, donnant au concert un caractère encore plus particulier et privilégié, que l’éphémère temporel naturel de l’événement.

A la console, le régisseur a un véritable rôle d’interprète de l’œuvre en public. Tout comme le chef d’orchestre, il se charge de préciser les nuances, les contrastes et les couleurs, le relief et bien sûr la mise en espace, avec ses effets cinétiques.

Pour cette première édition, les organisateurs ont souhaité proposer un second volet en collaboration avec le Zoo et l’AMEG. Chaque soir, dès la fin des concerts au Théâtre de l’Alhambra, le public pourra se rendre au Zoo pour assister à des performances musicales d’artistes locaux et internationaux, avec des lives et dj sets expérimentaux et électroniques diffusés sur l’acousmonium de l’AMEG conçu par Thierry Simonot.